Vous êtes ici : Accueil > Nos missions > Agir pour la langue > Anem Òc, per la lenga occitana ! > 31 mars 2012 : une manifestation revendicative dans le calme et la serenité

31 mars 2012 : une manifestation revendicative dans le calme et la serenité

La manifestation « Anem Oc ! Per la lenga occitana », co-organisée par l’Institut d’Etudes Occitanes au sein de la Coordinacion* a été un succès, avec près de 30 000 personnes dans les rues de Toulouse pour manifester en faveur d’une loi pour les langues « régionales », et la langue occitane en particulier.

31 mars 2012 : une manifestation revendicative dans le calme et la serenité

L’IEO se félicite du bon déroulement de la manifestation, à la fois joyeuse et bigarrée, à la hauteur de cette revendication portée par tous. L’IEO reviendra par ailleurs sur le sens et l’expression de cette foule présente ce 31 mars à Toulouse, capitale d’un jour de la culture- occitane et de la revendication pour une reconnaissance véritable de notre langue.

Quelques jours après les évènements tragiques de Montauban et Toulouse, la Coordinacion a su mettre en place, en bonne intelligence avec les services de police- municipaux et nationaux présents, un dispositif de sécurisation du cortège de qualité, et l’IEO en profite une nouvelle fois pour renouveler ses remerciements à ces bénévoles anonymes qui ont permis la réussite de l’expression revendicative de cette journée de façon calme et sereine.

L’IEO profite donc de ce communiqué pour rappeler que les évènements qui se sont déroulés dans la nuit du samedi à dimanche ayant engendré un blessé grave sont extérieurs et postérieurs à la manifestation et ne peuvent être liés à celle-ci, la manifestation s’étant terminée à 18h et le concert géant organisé par Convergéncia Occitana avant minuit. Dans un communiqué publié plusieurs semaines avant la manifestation, la Coordination avait exprimé clairement sa volonté que certains groupes extrémistes d’extrême droite ne soient pas présents lors de la manifestation, et pour différentes raisons, cela a été le cas.

L’IEO fait confiance aux services de police pour trouver les responsables des évènements de la nuit du 31 au 1er, comme condamne les responsables du vol de la banderole géante installée Jardin de Compans Caffarelli, proclamant « La lenga que parlam es patrimòni de l’umanitat » (la langue que nous parlons fait partie du patrimoine de l’humanité). Il faut croire que cette banderole, simple rappel d’une évidence, était trop subversive pour certains groupes qui ne souhaitaient pas partager, avec la Coordinacion et l’IEO, les valeurs de tolérance, de partage, et d’ouverture aux autres, qui étaient à la base de ce rassemblement revendicatif. Cela n’a en rien arrêté le mouvement populaire de ce samedi 31 mars, et nous réconforte dans notre démarche de conscientisation et de socialisation vers la langue et la culture occitanes.

l’Institut d’Estudis Occitans

* Les membres de la Coordinacion sont l’Institut d’Estudis Occitans – IEO, Calandretas et Oc-Bi, en partenariat avec Convergéncia Occitana et le CREO-MP.

 

Lire la page en òc
Portfòlio de l'article