Vous êtes ici : Accueil > Nos missions > Agir pour la langue > ELEN et ELEN France > Présidentielles 2017 : un risque de repli national et de rejet de la diversité

Présidentielles 2017 : un risque de repli national et de rejet de la diversité

Communiqué du 18 avril 2017, avant le 1er tour des élections présidentielles : Le Réseau Européen pour l’Egalité des Langues (ELEN-France) souligne le risque de repli national et de rejet de la diversité lors des Présidentielles 2017.

Présidentielles 2017 : un risque de repli national et de rejet de la diversité

Les organisations représentatives du Réseau Européen pour l’Egalité des Langues (ELEN) en France ont interpellé les candidats aux élections présidentielles, à l’exception de Mme Le Pen, sur leurs objectifs au regard du respect des droits linguistiques et culturels des diverses composantes de la République française dans les différents territoires de métropole et d’outremer.

Globalement, elles déplorent une campagne qui traduit un repli sur soi, sur un nationalisme qui va à l’encontre des valeurs de reconnaissance et de respect de la diversité culturelle qu’elles défendent et qui devraient résulter des engagements internationaux de la France.

Formellement, trois candidats ont répondu : Philippe POUTOU (NPA), Benoît HAMON (PS, EELV) et Emmanuel MACRON (En Marche). A l’analyse des réponses, des programmes et des déclarations, les organisations constatent :

  • Philippe POUTOU est celui qui répond le mieux aux objectifs fixés en rappelant le droit des différents peuples au plan international à préserver et développer leurs langues de façon démocratique, la langue étant un outil important pour bâtir la communauté de destin dont le peuple a besoin, y compris par les écoles associatives laïques et gratuites qui doivent être soutenues. Il affirme le droit des peuples et des travailleurs des différentes régions de France à se doter d’institutions dans des cadres qu’ils déterminent eux-mêmes, par exemple en ce qui concerne la réunification de la Bretagne.
  • Benoît HAMON, comme Emmanuel MACRON, s’engagent à faire ratifier par la France la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Ce dernier précise que les moyens de l’expression des identités régionales seront accrues et l’apprentissage de la langue et de la culture locale dès l’école sera facilitée.
  • considérant les principaux autres candidats n’ayant pas répondu, les organisations signataires ne peuvent que condamner des propos tels que ceux de Mr Fillon, qui considère que la France a apporté sa culture aux peuples colonisés en passant sous silence les crimes de la colonisation et l’occultation des langues, des cultures et de l’histoire de ces peuples.

Le Réseau européen pour l’Égalité des Langues met en garde contre la sortie de l’Europe portée par Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon et le risque de remise en cause de la construction européenne fondée sur les objectifs de démocratie, de droits de l’homme et d’État de droit ainsi que de plurilinguisme, de dialogue et de diversité des langues et des cultures qui doivent être défendus. Il rappelle le vote des deux candidats, Mme Le Pen et Mr Mélenchon, au Parlement européen pour s’opposer en 2013, avec l’extrême droite française et européenne, à la résolution Alfonsi pour la sauvegarde des langues européennes en danger et leur opposition constante à la reconnaissance officielle des langues régionales de France.

En tout état de cause, les mouvements linguistiques et culturels des différents territoires, membres du Réseau Européen pour l’Égalité des Langues, affirment leur détermination à se battre pour un monde qui ne soit pas partagé entre quelques puissances dominantes mais fondé sur la reconnaissance et la participation effective de tous les peuples et de toutes les cultures dans le cadre des principes des droits humains fondamentaux.

Contact : T Louarn : 06 60 88 97 78

Signataires :
Occitanie : Institut d’Estudis Occitans – Alsace : Culture et Bilinguisme d’Alsace et de Moselle - René Schiller Gesellschaft ; Initiative Citoyenne Alsacienne — Bretagne : Kevre Breizh, Coordination des associations culturelles de Bretagne ; Bertègn Galèzz – Catalogne : écoles la Bressola – Pays Basque : Euskal Konfederazioa – Corse : Parlemu Corsu – Pays d’Oïl : Défense et Promotion des Langues d’Oïl – Guyane : Mama Bobi ; Réseau de langue Mawinatongo Makandi Makandra.

Lire la page en òc
Fichièrs de descargar