Vous êtes ici : Accueil > Nos missions > Agir pour la langue > Anem Òc, per la lenga occitana ! > Compte-rendu : match amical Occitanie vs Sápmi (Toulouse, 30 février)

Compte-rendu : match amical Occitanie vs Sápmi (Toulouse, 30 février)

Ce vendredi 30 avril, alors que se mettaient en place les derniers préparatifs de la manifestation du 31 mars, l’IEO avait décidé de proposer à la population de Midi-Pyrénées, un « apéritif » sportif.

Compte-rendu : match amical Occitanie vs Sápmi (Toulouse, 30 février)

Toucher le maximum de la population, quel que soit son niveau social, ou son âge, c’est un enjeu majeur de l’action de socialisation portée par l’IEO pour le devenir de la langue occitane. Trop souvent, nous avons remarqué que nos outils de communication étaient diffusés dans les seuls festivals ou évènements culturels spécifiquement dédiés à l’occitan. Trop souvent, les familles qui assistent à ces évènements sont, à des degrés variés et divers, déjà au courant de ce qu’est la langue occitane, des éléments principaux de la culture occitane. Pour sortir de ce cercle vicieux, et élargir notre action, il nous faut aborder la question de la diffusion des outils de communication, comme L’Occitan, Qu’es aquò ?, sous un angle nouveau, en cherchant à créer des liens avec de nouveaux partenaires, culturels, associatifs, sportifs... C’est tout le sens du partenariat entrepris par l’IEO auprès de l’Associacion Occitana de Fotbòl (AOF).

L’AOF a été fondée il y a presque 10 ans pour pouvoir représenter la culture occitane à travers des rencontres sportives internationales (entre minorités linguistiques), à l’échelon international, européen essentiellement. Aujourd’hui, il ne s’agit plus, pour l’AOF, d’être uniquement un ambassadeur extérieur de cette culture ; il s’agit également de susciter suffisamment d’intérêt auprès des médias dans le territoire même pour que de l’information sur la culture occitane puisse toucher une partie de la population aujourd’hui laissée à l’écart. La rencontre organisée contre les Sâpmis le vendredi soir, veille de la manifestation Anem Òc ! Per la lenga occitana, était symbolique à plus d’un titre :

  • par la communication autour de la rencontre, qui a profité de la manifestation du 31 mars, et réciproquement (des médias spécialisés dans le football ont relayé sur leurs sites internet la tenue de cette rencontre). Les médias apprécient pouvoir communiquer sur des éléments qui sortent de l’ordinaire ; 4ème manifestation organisée en 6 ans pour la langue occitane, il était nécessaire de pouvoir présenter des éléments nouveaux autour de la manifestation proprement-dite.
  • par le choix de l’opposant, les Sâpmis, habitants de cette région boréale européenne située au nord de la péninsule Scandinave (dans le nord de la Norvège, de la Suède, de la Finlande et au nord de la presqu’île de Kola en Russie). L’Occitanie, c’est cette partie de l’arc latin qui a été l’objet de tant de convoitises ; c’est également le lien vers cet espace méditerranéen proche, et cet orient plus lointain. Mais au-delà de cette image de culture latine, il était important de montrer qu’ailleurs, et par exemple dans cette Europe du Nord que l’on connaît si peu, les questions linguistiques et culturelles sont également présentes, et traitées différemment que dans les pays que l’on connaît. Par le choix de l’opposant, l’AOF a également montré une ouverture d’esprit importante pour éviter un cloisonnement sur notre espace immédiat.
  • par les qualités démontrées pour l’organisation de la rencontre : si la rencontre n’a pas eu lieu au Stadium de Toulouse, stade de l’équipe du TFC qui joue en première division, elle a pu se dérouler, grâce au soutien du TFC et de la ville de Toulouse sur le terrain annexe, celui de la CFA. Conditions idéales pour une rencontre sportive où l’enjeu sportif, bien que secondaire, était toutefois présent pour l’ensemble des joueurs comme pour les spectateurs venus les encourager.
  • par la mobilisation locale remarquable pour une rencontre de ce type : 400 spectateurs, y compris plusieurs groupes de supporteurs de l’équipe professionnelle de Toulouse, se sont déplacés pour encourager de leurs chants et de leur jeunesse cette rencontre amicale.
  • par l’opportunité qui a été donnée à l’IEO de présenter, lors de cette rencontre, la nouvelle édition de L’Occitan, Qu’es Aquò ?, et de diffuser ce document aux spectateurs présents comme aux joueurs. Ce document accompagnera d’ailleurs l’AOF dans chacun de ses déplacements. C’est le sens du partenariat signé avec l’IEO pour les années 2012-2013, qui a été présenté aux sponsors et différents partenaires de l’AOF présents au banquet d’après match. L’IEO, qui porte également le projet du label Oc per l’occitan, en a profité pour renforcer les liens entre occitan et économie, un enjeu majeur pour la réussite de la socialisation de la langue occitane.
  • par le fait que la plupart des joueurs de la sélection occitane l’ont été en raison de leur qualité footballistique, et non pour leur capacité à maîtriser la langue ; cependant, et c’est bien l’objet également de la démarche portée par l’AOF, les joueurs s’intéresse à leur culture et font, peu à peu, une démarche d’approche et de prise en compte de la langue occitane.
  • par l’engagement des joueurs de l’AOF comme des Sâpmis, le 31 mars 2012 ; ils étaient présents, dans la foulée de la rencontre, le lendemain, au village occitan, dans la tente de l’IEO, afin de se présenter à tous les passionnés de sport, et faire entendre le fait que sport peut rimer avec culture, pour l’occitan en tout cas.

Nous pouvons donc remercier l’AOF, ainsi que son président, M. Nicolas Desachy, d’avoir réussi ce premier essai important. Certes le football n’est pas un sport traditionnel occitan ; mais par son universalisme, il permet de toucher l’ensemble de la société d’où qu’elle vienne, avec ce langage universel du ballon (c’est le sport collectif le plus répandu au monde), comme de créer des passerelles vers les autres cultures. Cette démarche est en soi une démarche d’ouverture culturelle et d’échanges auxquels souscrit complètement l’Institut d’Etudes Occitanes.

NB : pour soutenir l’AOF, vous pouvez vous procurer le T-Shirt officiel « 31 mars Tolosa, l’AOF marca per la lenga occitana », en soutien à la manifestation de Toulouse, sur le site de Commando Sudiste

Reportatge de l’emission Infòc de Barcelona Televisió sus la partida


www.btvnoticies.cat

 

Lire la page en òc
Portfòlio de l'article