Vous êtes ici : Accueil > Les colloques de l’IEO > Présentation du colloque

Présentation du colloque

Vie et survie des langues minoritaires (occitan) : quelles stratégies dans une Europe en mouvement ? Quelles stratégies dans un univers mondialisé, numérisé et connecté ?

Projet IEO pour l’ESOF 2018 (European scientific open forum)

Porteur de projet : Marc Vidal

En ce début de XXIème siècle, la problématique des langues et notamment des langues minoritaire est-il des langues minoritaires ? Les mutations jouent-elles en leur faveur ou en leur défaveur ? L’IEO (Institut d’Estudis Occitans) organise un débat sur les stratégies possibles pour le XXIème siècle autour du cas particulier de langue occitane.
Ce débat se déroulerait dans le cadre de l’ESOF 2018 qui se déroule à Toulouse (forum européen de la science).

Quelles sont donc les stratégies possibles pour une langue minoritaire comme l’occitan ? Au cours de ce séminaire, nous allons examiner trois angles d’action stratégique différents.
Le premier thème est relatif à la numérisation de l’occitan, au TAL (Traitement Automatique des Langues) et à l’outillage informatique de la langue.
Le second thème s’intéresse aux locuteurs. Que sait-on des actions sociolinguistiques en faveur des langues ? Quels sont les résultats scientifiques ou empiriques des actions menées ?
Le troisième thème portera sur les rapports de domination entre langues et plus particulièrement au niveau de l’œuvre littéraire. Que nous dit l’histoire à ce sujet ? Dans quelle mesure la production artistique peut-elle participer à la défense d’une langue en cours de minorisation ?

Le séminaire se donne pour but de réunir trois approches différentes mais qui peuvent concourir à la défense ou la promotion de l’occitan :

  • L’outillage informatique de l’occitan : que peut-on en attendre ?
  • L’action sociolinguistique en faveur de l’occitan : que peut-on en attendre ?
  • Résister aux rapports de domination linguistique : que peut-on attendre de l’œuvre occitane ?
  • La particularité de ce séminaire est d’essayer de produire des recoupements entre ces trois démarches : comment ces trois actions stratégiques peuvent converger ?


    Table ronde ou conférence : l’outillage informatique de l’occitan : que peut-on en attendre ?

Cette table ronde part du constat que les langues sont en cours de numérisation et que leur manipulation se fait de plus en plus à l’aide d’outils informatiques ou au travers d’outils informatisés. Comme l’exprime le réseau européen META-NET (Multilingual Europe Technology Alliance), les langues ne sont pas toutes égales face aux technologies informatiques : une langue, l’anglais, est bien dotée ; les autres langues sont à des degrés divers en retard technologique. Compte-tenu des nombreuses contraintes portant sur l’occitan, peut-on imaginer des choix stratégiques dans le développement d’outils linguistiques ? Sur quel aspect de la langue doit-on faire porter l’effort scientifique et technique ?
Ainsi il ne s’agit pas seulement de faire le point sur les travaux du Congrès de la langue occitane mais de se demander quel outil peut servir pour quel contexte d’utilisation. L’enseignement, la recherche, la traduction ou la création ont certes de besoins assez faciles à cerner. Mais qu’en est-il dans les autres domaines de la vie quotidienne : les objets communicants, les appli des tablettes ou smartphone (par exemple une appli de mise en contact par positionnement satellitaire), les robots domestiques (par exemple les robots pour la petite enfance) ?
Comment faire pour que l’occitan numérique soit visible ou audible afin d’attirer une nouvelle génération : le but consiste à être prêt lorsque la recherche produira de nouveaux outils numériques, inimaginables mais dans lesquels l’occitan peut avoir une place.
Il s’agit donc d’améliorer l’expertise en TAL mais d’assurer aussi une veille technologique pour que l’occitan saisisse une occasion à venir si elle se présente.

Table ronde ou conférence : L’action sociolinguistique en faveur de l’occitan : que peut-on en attendre ?
Un peu partout dans le monde, les décideurs prennent conscience du déclin des langues locales, devant les langues officielles mais aussi devant des langues étrangères plus puissantes en termes de locuteurs et de domaines d’utilisation.
Des actions volontaires sont menées pour réintroduire ou au moins stabiliser l’usage des langues minoritaires. Ces actions touchent à l’enseignement, la visibilité, la transmission générationnelle, les droits juridiques. Des méthodes de revitalisation ont été imaginées. Qu’est-il permis d’espérer dans le cas de l’occitan ? La question sera posée au travers de l’expérience de revitalisation linguistique menée dans le Val d’Aran. Cette petite région de langue traditionnellement occitane (aranais) se trouve dans un espace catalanophone et hispanophone beaucoup plus vaste. Les efforts pour soutenir l’aranais ont réels. Quels sont les résultats statistiques de l’action de revitalisation ? Quelles leçons méthodologiques peut-on en tirer ? La revitalisation peut s’appuyer sur une bienveillance à l’égard des cultures minorisées. Mais comment faire passer de la bienveillance à l’engagement.

Table ronde ou conférence : Résister aux rapports de prestige linguistique : que peut-on attendre de l’œuvre en occitan ?
On ne peut pas nier que les langues soient organisées selon des rapports de domination. En ce début de XXIème siècle, ces rapports s’organisent à l’échelle mondiale.
Plusieurs facteurs peuvent agir en faveur ou défaveur des langues : l’enjeu politique (cf. table ronde sur l’action sociolinguistique), le contexte technique d’utilisation (cf. table ronde sur l’outillage informatique), les investissements affectifs, le nombre de locuteurs etc…
Peut-on également faire intervenir la notion de prestige qui serait non réductible à la puissance (économique, militaire, culturelle) ?
Avec la mondialisation, le combat pour le prestige devient politiquement plus organisé et plus féroce que jamais. Dans quelle mesure une langue minoritaire doit investir la recherche de prestige ? Dans la concurrence mondiale, la langue minoritaire ne peut-elle pas plutôt s’engager dans une stratégie de distinction (styles nouveaux, arts nouveaux, utilisation nouvelle, communauté nouvelle) ?
Si pour l’essentiel les espoirs de visibilité se portent sur la chanson occitane, les outils numériques n’ouvrent-ils pas à des créations numériques prestigieuses ?

Prise de parole libre : comment ces trois actions stratégiques peuvent converger ?
Les participants au séminaire sont invités à proposer des croisements entre les diverses approches en faveur de l’occitan.
OUTILLAGE ET REVITALISATION
Le séminaire a pour but de rechercher les convergences entre l’outillage informatique et la revitalisation.
La revitalisation linguistique est liée aux TAL surtout par l’intermédiaire de la petite enfance (jeux vidéo, réalisation de dessins animés occitan, robots personnels occitanophone), l’enseignement (didacticiels, outils en ligne, logiciels de dictée), la visibilité (informatisation de l’administration, de la chanson, de la culture...).
La revitalisation fonctionne par une mise en contact quotidienne de locuteurs. Si les locuteurs sont trop dispersés, on peut imaginer des outils de mise en contact (sites de rencontre, couchsurfing...) voire par géolocalisation (mise en contact de locuteurs proches dans l’espace).
Les TAL modifient la problématique de la visibilité. A mesure que les supports de visibilité sont numérisés, il devient théoriquement plus aisé de produire des supports (visuels ou auditifs) en plusieurs langues. Que ce soit dans le domaine de la revitalisation ou de la visibilité, la géolocalisation ouvre de nouvelles perspectives avec la production en dialecte local adapté à l’endroit où on se trouve (affichage, annonce, services).

OUTILLAGE ET PRESTIGE LINGUISTIQUE
Dans le domaine du prestige linguistique, les TAL se confondent avec des outils d’aide à la rédaction pour les écrivains occitans ou plus généralement des outils de visibilité (patrimoine immatériel, médiathèque en ligne, présence de la chanson occitane sur Internet,...). Les aides à la traduction restent un espoir dans diverses formes d’écriture (p.e. la traduction de BDs par exemple) y compris à l’intérieur de l’occitan (dialectes/ occitan ancien) et dans les dimensions encore utopiques (traduction automatique de chansons).
Des domaines de création moderne complets ont échappés à la culture occitane (vidéo, dessins animés). La culture occitane ne peut les récupérer que par de nouvelles formes de traduction (sous-titrage, doublage...).
Citons aussi les activités académiques. La recherche dans le domaine de la littérature est déjà dotée de TAL (les normes d’étiquetage, analyse de corpus...).
La production minoritaire (livres, revues, chansons, radio) souffre beaucoup de l’étroitesse de son marché. A terme on peut imaginer des livres ou journaux électroniques qui se vendent indépendamment de la langue de rédaction avec des outils de traduction. A plus long terme on peut imaginer de la radio multi-lingue.

DES DIMENSIONS NOUVELLES A LA REVITALISATION
La revitalisation linguistique a pour but de permettre une communication quotidienne en occitan (seconde langue) et idéalement dans la famille (première langue).
Les nouvelles technologies introduisent de plus en plus un dialogue homme-machine, parfois avec des composantes orales ou multimodales.
Les machines deviennent ainsi des partenaires linguistiques : sécurité (reconnaissance de la parole), dialogue d’aide (robots qui dialoguent avec les utilisateurs), dialogue de confort (robots affectifs pour les enfants), offres de service (météo, services de géolocalisation,...). Ces outils présentent des niveaux linguistiques variables mais qu’on ne peut pas ignorer lorsqu’on pense à la revitalisation.

REVITALISATION ET PRESTIGE LINGUISTIQUE
La revitalisation linguistique (très liée à la petite enfance et l’enseignement) et la création prestigieuse ont des liens implicites pas forcément traduits en plan d’actions. Il est difficile d’imaginer l’oeuvre prestigieuse sans un public (quelle que soit la forme de l’oeuvre : littéraire, théâtrale, chantée). Il est par contre très illusoire de croire que l’oeuvre de prestige va amener un public à apprendre l’occitan.