Vous êtes ici : Accueil > Nos missions > Agir pour la langue > Interpellation politique > Présidentielles 2012 : position des candidats au sujet de la loi pour les langues

Présidentielles 2012 : position des candidats au sujet de la loi pour les langues

L’Institut d’Etudes Occitanes (IEO), membre du « Collectif du 31 mars 2012 », de EBLUL-France et de l’ARILCR, communique

Pour la reconnaissance des langues et cultures régionales ou territoriales dans la République : un clivage entre jacobins et démocrates.

Présidentielles 2012 : position des candidats au sujet de la loi pour les langues

Les manifestations du 31 mars ont été un véritable succès en rassemblant dans la plus grande partie des territoires de la République française (*) plus de 60 000 manifestants pour la reconnaissance du droit des langues et cultures régionales.

Les engagements des candidats à la présidence de la République montrent un clivage marqué entre nationaux-jacobins qui campent sur le dogme « d’unicité du peuple français » et démocrates favorables à un véritable statut de droit des langues régionales dans la Constitution, notamment par la ratification de la Charte des langues régionales ou minoritaires du Conseil de l’Europe, fondée sur les principes universels des droits de l’homme et de la démocratie.

S’engagent ainsi pour un statut de droit des langues et la ratification de la Charte européenne :

- Eva Joly (EELV) : modification de la Constitution, ratification de la Charte, co-officialité de la langue dans les régions qui le souhaitent (courrier du 30 mars 2012 et programme) ;

- François Hollande (Parti Socialiste) : modification de la Constitution et ratification de la Charte (discours de Rennes le 4 avril 2012 et engagement n° 56 du programme) ;

- Philippe Poutou (NPA) : modification de la Constitution, ratification de la Charte, co-officialité en Corse et au Pays Basque (cf. l’intervention du 31 mars 2012 à Toulouse, Corse Matin, le 20 mars 2012 et les déclarations sur l’article Election présidentielle : la gauche radicale et le Pays Basque) ;

- François Bayrou (Modem) : Ratification de la Charte (Courrier du 30 mars 2012 – interview 29/03).

S’opposent à la ratification de la Charte et à tout statut officiel des langues régionales :

- Nicolas Sarkozy (UMP) : discours de Marseille le 19 février 2012 ;

- Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche) : entretien sur France 3 Corse du 23 février 2012 ;

- Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République) : courrier du 24 février 2012 ;

- Marine Le Pen (Front National) : Commentaire pendant l’émission Rispostes à propos du bilinguisme français-breton.

Ne s’engage pas, sans être « indifférente aux droits culturels et linguistiques » :

- Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière) : courrier du 24 février 2012 et les déclarations sur l’article Election présidentielle : la gauche radicale et le Pays Basque).

Différentes positions consultables sur : anemoc.org et languesregionales.org

(*) A Toulouse, Quimper, Bayonne, Perpignan, Ajaccio, Strasbourg, Metz, Lille, Annecy, Poitiers, etc.

Collectif du 31 mars 2012, EBLUL-France, Réseau Européen pour l’Égalité des Langues Association des Rencontres interrégionales des langues et cultures régionales 9 straed La Tour d’Auvergne 29270 KARAEZ/CARHAIX Téléphone : 02 98 73 20 58. collectiflanguesregionales2012@gmail.com

 

Lire la page en òc