Vous êtes ici : Accueil > Connaître l’IEO > Point de vue > Qui peut encore croire de nos jours que pluralité linguistique = communautarisme ?

Qui peut encore croire de nos jours que pluralité linguistique = communautarisme ?

A propos de la question orale du député alsacien Armand Jung sur le Statut des langues régionales : Dans un monde caractérisé par la multiplicité des formes de communication à l’échelon mondial, ce sont au contraire les dictatures linguistiques qui menacent la démocratie.

Qui peut encore croire de nos jours  que pluralité linguistique = communautarisme ?

Et pourtant notre Gouvernement refuse une fois de plus le débat sociétal sur la pluralité linguistique. Il brandit à nouveau l’épouvantail suranné du communautarisme en réponse à une question du député alsacien Armand Jung interpelant le ministre de la Culture au sujet de l’inscription à l’ordre du jour des travaux du Parlement de la proposition de loi relative aux langues et cultures régionales.

 

Une rigidité gouvernementale qui nie la question, refuse de répondre aux attentes des citoyens et laisse complaisamment se dégrader le patrimoine linguistique national (article 75-1 de la Constitution).

Est-ce à dire que certains articles de notre Constitution sont purement décoratifs puisque pour M Châtel l’article 75-1 n’engage aucunement la responsabilité de l’Etat et n’ouvre aucun droit aux langues régionales dans notre pays ?

L’IEO est très déçu de cette réponse qui prétend que l’on peut tout faire dans le domaine des langues régionales alors que les citoyens se heurtent aux pires difficultés lorsqu’ils veulent pratiquer la langue occitane dans leur vie quotidienne.

L’IEO réaffirme une fois de plus l’absolue nécessité d’une loi, cadre législatif qui organise et garantisse l’usage de l’occitan dans la vie publique.

L’IEO réaffirme sa volonté de renforcer son action auprès des élus pour qu’ils fassent pression afin que cette proposition de loi sur les langues régionales soit mise à l’ordre du jour du travail de l’Assemblée Nationale et du Sénat.

Voir les questions orales d’Armand Jung.

Pèire Brechet
Président de l’Institut
d’Etudes Occitanes

 

Lire la page en òc
Fichièrs de descargar