Vous êtes ici : Accueil > Nos missions > Agir pour la langue > Interpellation politique > Reniement de la promesse 56 du candidat Hollande et loi de refondation de l’école

Reniement de la promesse 56 du candidat Hollande et loi de refondation de l’école

L’Institut d’Estudis Occitans, par la voix de son président Pierre Bréchet, réagit vivement à la succession de promesses non tenues et de reniements divers orchestrés par le Gouvernement lors de l’examen de la loi d’orientation de l’enseignement.

Reniement de la promesse 56 du candidat Hollande et loi de refondation de l’école

Les dizaines de milliers de manifestants rassemblés à Toulouse l’année dernière, pour une loi en faveur des langues régionales, sensibles aux belles promesses du candidat Hollande et de son porte-parole, le président du sénat Jean-Pierre Bel, attendaient avec impatience les actes entérinant leurs déclarations.

Après confirmation, le mercredi 13 mars, que l’État français ne ratifierait pas la Charte européenne des langues régionales, c’est l’adoption, ce mardi 19 mars, par l’Assemblée nationale du projet de loi de refondation de l’école qui nous amène à réagir.

Une telle régression apparait comme une volonté délibérée de mort programmée de la langue occitane et de sa culture de la part d’un état jacobin et centralisateur.

Face à une telle situation, l’Institut d’Estudis Occitans appelle à la mobilisation de toutes les énergies (nous étions 30 000 à Toulouse en mars 2012 et nous savons que notre potentiel est encore plus grand) pour faire pression sur leurs élus (en particulier leur sénateurs puisque maintenant le texte de loi doit bientôt passer par le Sénat) en manifestant leur grand mécontentement de ces décisions gouvernementales.

Nombreux ont été ceux qui se sont engagés à nous soutenir en 2012, il est temps de leur rappeler leurs engagements et leur responsabilité devant l’urgence de la situation.

Dans l’immédiat il faut demander aux élus, députés, sénateurs, conseillers territoriaux de déposer et d’appuyer les amendements nécessaires au projet de loi pour que puisse être appliquée une véritable politique linguistique efficace à laquelle toute langue devrait avoir droit. Plus que jamais l’occitan et les autres langues dites régionales sont en grand danger.

Face à ce péril, nous devons défendre nos droits fondamentaux… et nos actions et réactions seront à la mesure de l’évolution de la situation.

 

Lire la page en òc
Lire la page en English